Cette page est animée par :

Jeff, spécialiste "Art et Histoire"

Vous avez une question à lui poser, cliquez ici !

Crédit photo : JeVisiteNice.fr DR

Quelques mots et expressions

en niçois

 

Vous allez en entendre en arpentant les marchés, dans les rues populaires de la vieille-ville, au stade... Mais comment ne pas passer pour un touriste ?

Le Niçois, une Langue.

 

Le Nissart est la langue occitane qui était parlée dans le comté de Nice qui regroupait jusqu'en 1860 quelques communes de l'actuelle métropole Nice Côte d'Azur.

A la différence d'un dialecte, une langue va sa caractérisait par une grammaire précise, des règles d'orthographe et c'est bien pour cela que le Nissart peut se qualifier de langue régionale, comme les reconnait l'Union européenne par sa charte des langues régionales ou minoritaires signée le 5 novembre 1992.

Alors, pour faire un bel effet en soirée, au resto, au bar ou devant le primeur, voici quelques mots ou expressions que vous pouvez utiliser.

 

Un petit lexique.

Vous allez voir, en quelques mots vous allez vous fondre avec les locaux.

A ouf / stuffia : On a e "a ouf" se traduira par en avoir abondamment. Et stuffia, que nous en avons suffisamment.

Balèse : costaud, fort.

Basta : stop ou arrête (dans sa forme impérative).

La boufaïsse : Exporter par l'humoriste Noëlle Perna et son personnage de Mado, s'emploie dans l'expression "tu me fais monter la bouffaïsse", tu me fais boullir.

 

Mefi : "Prends garde", la même forme impérative que "Fais attention" en français.

Nissa : "Nice" en niçois à ne pas confondre avec Nizza qui est de... l'Italien.

Un ficanas : Un ficanas est quelqu'un de curieux mais peut aussi décrire quelqu'un qui colporte des histoires. 

Un fada : un fou.

Un niocou : Un type un peu niais, pas très malin.

Cagade : A ne pas confondre avec une "cagole" (une fille légère, un peu simple en provençal), une cagade est une bêtise.

Caler : Aucune allusion automobile ici, il s'agit du verbe "descendre" : "je cale au vieux", signie je descends dans le vieux-Nice".

Degun : Aussi dérivé du provençal, si vous entendez "il n'y a degun dans ce rade", vous comprendrez qu'il n'y a "personne" dans ce bar et que vous feriez mieux d'aller chercher l'ambiance dans un autre.

Baieta : Non, ce n'est pas un anglicisme, une sorte de Bye, Ciao ou je ne sais quoi. C'est Bise ou Bisous. Ou répond aussi Baieta.

Brèle : Se dit autant d'un homme ou d'une femme qui n'est pas très doué.

Issa : Utile au stade, on va le traduire par "en avant" ou "Vive"... Souvent suivi de Nissa (donc, vous l'aurez compris, Issa Nissa pour En avant Nice fera tout son effet au stade).

Empégué : peut se traduire par "ivre" ou par "empoté". A ne pas confondre avec un ensuqué qui désigne un endormi.

ça pègue : La table du bar où vous venez de vous faire servir un pastis pègue. Elle colle un peu (ou beaucoup en fait).

M'en bati sieu Nissart : Sur des autocollants, des drapeaux. Vous trouverez cette expression populaire sur de nombreux supports à Nice que l'on va traduire par "je m'en fous, je suis Niçois".

La merenda : La merenda est le "casse-croute" héritier des ouvriers italiens du début du siècle dernier. Il s'agit donc d'une collation matinale riche et généreuse comme un bon plat de tripes en sauce à la niçoise. Et bon appétit bien sûr !

Un tchitchou : Un petit truc, une bricole.

S'enboucaner : se chamailler plutôt dans le sens "se chercher", envenimer.