jevisiteNice.fr est un site d'information indépendant sur le tourisme à Nice.

© 2016-2019 - Droits de reproduction réservés, consultez les mentions légales - contact

Jetée et Promenade des Anglais, 1904.

Plongez dans le Nice insolite et

découvrez quelques secrets.

Alors, le saviez-vous ?

 

Sortez des sentiers battus et attardez-vous un instant sur ce que l'on ne voit pas au premier coup d’œil.

 

Les vestiges sous le tramway.

Durant les fouilles obligatoires aux travaux de construction de la première ligne de tramway, les archéologues ont mis à jour des vestiges datant du XIVème siècle. Vous pouvez visiter la crypte archéologique avec un guide de la mairie sur rendez-vous.

Si vous êtes un peu claustrophobe, vous pouvez observer une portion de ces vestiges à l'air libre. Pour cela, rendez-vous sur le quai sud de la station de tramway Cathédrale Vieille-ville (ligne 1) où une petite vitre est scellée dans le sol.

 

La Jetée Promenade.

Détruite par les allemands lors à la fin de la Seconde guerre mondiale, la Jetée Promenade (ci-contre) était un casino, restaurant, théâtre, salle de concert construite sur pilotis sur le littoral niçois. La photo du site nissalabella.net permet de la situer précisément face à l'actuelle embouchure sud de la promenade du Paillon, le jardin central de la ville.

D'inspiration Empire, il a eu comme modèle le splendide Crystal Palace de Hyde park, à Londres. Après une histoire tumultueuse, les allemands détruisirent l'imposant édifice en 1944.

Pour en savoir plus, consultez la page Wikipedia correspondante ou le site nissalabella.net.

 

Nice l'italienne ? Pas tout à fait.

Le comté de Nice devient français après le Rattachement à la France qui date de 1860. Or, elle était à cette date une composante du royaume de Piémont-Sardaigne qui n'était pas encore fondu dans l'Italie moderne que nous connaissons aujourd'hui. En effet, le Risorgimento, cette période de l'unification de la péninsule est finalisée avec l'annexion de Rome le 20 septembre 1870. Aussi, il est faux de dire que Nice fut italienne car l'Italie, en tant qu’État unifié, n'existera que 10 ans après que Nice devint française.

 

La Baie des Anges.

Deux inexactitudes persistent quand on parle de la Baie des Anges.

Tout d'abord, on ne l'associe qu'à Nice, première erreur. En réalité, l'arc de cette baie s'étend du Rauba Capeu (à l’extrémité Est du Quai des États-Unis) à Nice jusqu'à la pointe du Cap d'Antibes. Nous pouvons constater sur les photos prises par les touristes depuis la colline du château que la baie déborde largement la commune de Nice.

Ensuite, les "anges" qui ont donné leur nom à cette baie n'ont rien de religieux ou de mystiques. Ceux sont les pécheurs qui ont donné ce nom en hommage à une petite espèce de requin, le squatina oculata, que l'on trouve dans l'Est de l'Atlantique et également en Méditerranée. Squatina oculata qui est traduit par Ange de mer ocellé en français, au regard de ces deux aillerons.

 

L'Hôtel Negresco

Symbole incontournable de la prom', Le Negresco est aussi un véritable petit musée. Saviez-vous qu'il regorge de près de 6000 œuvres d'art (mobilier, tableaux...) ?

 

La légende de Catherine Ségurane

La légende veut que Catherine Ségurane se soit faite connaitre à l'occasion du siège de Nice par les Trucs à l'été 1543. Cette lavandière, dit-on, pris les armes -ou plutôt son battoir à linge- et frappa l'assaillant non sans omettre de lui montrer son postérieur ! La retraite turque sera sonnée dans la foulée de cette "démonstration de force". Est-ce les fesses charnues de la lavandière ou la domination sur le fronts des Niçois qui a conduit les turcs à partir, nul ne le sait... Mais la légende est née.

 

Le coup de canon de midi

Double étonnement pour le touriste en villégiature à Nice. Le premier est qu'à midi pile, une détonation retentis dans le centre de la ville (au plus on sera proche du vieux-Nice et de la colline du château, au plus la détonation sera puissante). Le second est l'étrange indifférence des locaux qui n'y prêtent aucune attention.

En fait, l'histoire remonte aux années 1860, quelques temps après que Nice fut devenue française. Un lord anglais, Thomas Coventry, désabusait par les interminables ballades en ville de son épouse eu l'idée de la rappeler à ses devoirs matrimoniaux, autrement dit, lui faire à manger. Et quel meilleur moyen que de faire frapper un coup de canon à midi pile pour lui dire "chérie, c'est l'heure, j'ai les crocs !" (en anglais, nous imaginons).

Un très officiel arrêté daté de novembre 1885 institue "lou canoun de Miejour", le canon de la mi-journée, le canon de midi.

 

Quand Nice inspira Queen

C’est en vacances à Nice, en voyant passer les cyclistes du Tour de France dans leur tenue près du corps, que Freddie Mercury eu l’idée de la chanson « Bicycle Race », issue de l’album « Jazz » (septième album du groupe sortie en 1978, écoulé à plus de 2 700 000 exemplaires dans le monde).

 

Le clip ci-dessous, dans lequel plusieurs dizaines de jeunes femmes nues pédalent, fut jugé subversif et sera un temps interdit de diffusion outre-manche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vin 100% Niçois

Nice est l'une des seules ou peut-être la seule des grandes ville de France à bénéficier d'une AOC pour un vin produit sur sa commune. Et oui, le Bordeaux... il n'est pas produit sur la commune de Bordeaux. Or, le vin de Bellet se trouve sur les coteaux Ouest de la ville. Réputé et disponibles dans les trois couleurs, il se cultive que sur quelques hectares à flancs de colline. Vous pouvez trouver du Bellet chez les (vrais) cavistes de la ville (aux caves Caprioglio par exemple au 16 rue de la Préfecture dans le vieux-Nice) ou directement auprès des producteurs.

 

Un Monopoly 100% Niçois

Jouer à devenir le roi de Nice, à devenir le propriétaire des plus belles rues et places de la capitale azuréenne.

Un cadeau sympa à se faire pour jouer en famille ou à offrir.

 

Un sport 100% Niçois

Avez-vous la main au collet d'Alfred Hitchcock ? Dans l'une des scènes de ce film culte dont l'intrigue se joue sur la côte d'Azur, on peut appercevoir deux hommes joués... au pilou !

Ce sport consiste à jongler avec une pièce de monnaie percée par un morceau de tissu appelé pilou. 

Vous pouvez, sans y préter attention, marcher sur un terrain de pilou marqué au sol, trottoir sud face au 55 promenade des anglais à proximité de la plage Le Voilier.

 

Une langue 100% Niçoise

Le Niçois, le Nissart, est une langue régionale occitane. Et, comme toute les langues, elle a son vocabulaire, ses règles de grammaire et d'orthographe. Vous remarquerez qu'à de nombreux endroits dans la ville, le français cohabite avec le niçois.

Plus qu'un folklore, il existe à Nice des classes bilangues dans lesquelles les enfants apprennent cette langue. D'autres la présente même en option au bac !

Un pastis à 100% Niçois

Et oui messieurs dames, le pastis est une affaire aussi niçoise, pas seulement marseillaise. Pour en avoir le coeur net, nous vous invitons à venir déguster le véritable pastis de Nice au 6 rue Vernier (ou à consulter le site Internet).

 

Un grand parc d’attractions à Nice… il y a presque 30 ans.

 

Entre la mer et la montagne, Nice avait aussi un parc d’attractions à offrir aux touristes et aux locaux. Zygofolis –ou Zygo park, était un parc d'attractions et un parc aquatique situé au-dessus du quartier de Saint-Isidore. Aujourd’hui encore, le site est facilement identifiable depuis l’autoroute en direction de l’Italie (il a depuis été reconverti en pôle d’activités logistiques).

 

Inauguré en 1987 pour un coût équivalent à plus de 80M€, bien plus que l’estimation initiale, il ne parviendra jamais à atteindre les 600 000 visiteurs nécessaire à sa rentabilité et à sa survie. Mal (voire pas) thématisé, impacté par des pannes, des aléas climatiques et une politique marketing inexistante, les clients boudent le nouveau complexe et y dépensent peu.

 

Il fermera définitivement ses portes le 31 octobre 1991 après plusieurs tentatives de sauvetage, toutes restées vaines.

Le site "Ricordo di un parco" permet de découvrir des photos, des vidéos, des plans et plein d'autres choses sur ce parc.

Un hymne "régional".

Sans tomber dans du régionaliste exacerbé, à Nice comme en Bretagne, en Corse, au Pays-Basque, en Alsace ou ailleurs, on est fier de nos traditions locales. Elles peuvent aussi bien être culinaires que culturelles. A Nice, par exemple, un chant traditionnel vient rythmer les manifestations officielles, matchs de football, kermesses d'écoles et fêtes folkloriques, c'est Nissa la Bella. On a un article bien sympa sur le sujet à vous faire découvrir sur notre blog.